Pour en savoir plus sur Atalaïa c'est ici.
Pour connaître nos prochaines dates c'est ici.

A l'occasion de la journée mondiale du théâtre 2016 (27 mars) voici un message du grand metteur en scène et pédagogue Anatoly Vasiliev:

Avons-nous besoin de théâtre ? Telle est la question que se posent des milliers... (lire la suite)


NOUVELLES CREATIONS 2016/2017!

 

Voici le printemps et la Compagnie n'arrête pas de s'aventurier dans la création d'oeuvres théâtrales:

Deux nouveaux projets sont en cours d'écriture/en résidence.

Alma Clara, la nouvelle création de théâtre poétique et dansée de Sonja Berg et Fosco Corliano, en collaboration avec l'écrivain Manu Causse et le musicien et philosophe Emilien Dereclenne.

 


Prochainement vous pouvez venir nous voir lors de deux dates (à vos agendas!)

Le vendredi 20 mai à 19H au Salon de thé Les délices de Saint Saturnin, Place St Sernin, Toulouse:

Lectures érotico-philosophiques avec Sonja Berg, accompagnée de Benoît Pidoux.

GIF D’amour et d’echeance affiche.gif

 

Et le samedi 4 juin Atalaïa part sur la route pour aller la première fois en Ariège!

Nous serons accueillis par Michel et Odile dans la Maison Ordas et nous vous attendons nombreux et nombreuses

pour vous émmener en voyae et partager ensuite un repas tiré du sac!Affiche juin 2016 gif.gif





  1. Peut-être vivons-nous la fin d'une époque. Mais les artistes sont-ils les mieux armés pour analyser cette fin?
  2. Je comprends leur peur, leur colère, leur étonnement. Le sentiment de gâchis.
  3. Mais puisque nous affirmons vivre un moment décisif dans la vie de l'art, nous devons faire l'effort de trouver de nouveaux outils et de nouveaux concepts pour analyser les raisons de cette fin et ne pas nous contenter des clichés sur tout à la fois- le virtuel, la communication, le coupé-collé, la vitesse sans mémoire, l'absence de contrôle ou le surcontrôle, bref tout ce nouveau tourbillon de gadgets et de poudre aux yeux qui colonisent nos esprits et nos corps.
  4. Acceptons aussi d'abandonner le terrain des lamentations et de l'impuissance.
  5. Une conception de l'art disparaît: celle d'un travail non inféodé à une certaine logique de rentabilité, qu'elle soit financière ou sociale.
  6. Sommés de gagner de l'argent ou de soigner la société, nous ne voulons ni de l'un ni de l'autre. Et pourtant l'art, et bien évidemment le théâtre (par son inscription dans le présent) patauge dans cette contradiction. Il ne peut jamais s'en extraire totalement. Il est même le sismographe et la chambre noire qui fixent cette contradiction. Il la décline, l'exhibe, la combat parfois; finalement elle est toujours là comme une tentative indépassable.
  7.  Mais plutôt que de nous plaindre, nous devons l'affronter, avec lucidité et plaisir.
  8. - Georges Lavaudant, metteur en scène-
musique d'accueil
Loading Sound... If you're seeing this message you may not have Flash installed.